Services techniques ville de Saint-Imier

Essai de coloration des eaux

Une étude environnementale conduira la semaine prochaine à un essai de coloration des eaux dans la région de La Chaux-de-Fonds. Dans le vallon de Saint-Imier, plusieurs sources seront surveillées de près.

Image ruisseau A l’instar d’autres sources dans le Vallon, celle de la Doux est concernée par l’essai de coloration.

Dans le cadre d'une étude environnementale pour le compte du Service de l'énergie et de l'environnement Neuchâtel (SENE), un essai de coloration des eaux est prévu dès le début de la semaine prochaine dans la région de la Chaux-de-Fonds. Son but est de mieux connaître les relations hydrogéologiques (connexions) entre la surface et les résurgences d'eau souterraines (sources). La date pressentie est le lundi 4 ou le mardi 5 novembre, mais elle pourrait évoluer en fonction des conditions météorologiques.

Puits des Sauges concerné

Trois colorants (traceurs) seront injectés dans le sous-sol au nord de la Chaux- de-Fonds (déchetterie des Bulles, Bikini Test et la Sombaille). Le secteur de résurgence des eaux souterraines surveillé s'étend dans les côtes du Doubs et le long du Doubs en rive droite, des Graviers à la douane de Biaufond.

En bordure directe du Doubs, les sources de Combe du Diable, de la Verrerie et de la Rasse seront régulièrement échantillonnées durant un mois au plus. Dans le versant, celles de Sombaille, de la Greffière, des Avants, du Pélard et du captage du Corps de Garde le seront également.

Dans le même temps, les sources de la Doux, de la Raissette et du Torrent, à Cormoret, ainsi que le puits des Sauges, à Sonvilier, feront aussi l’objet d’une surveillance.

Population appelée à collaborer

Certains traceurs étant fluorescents, il est possible qu'une coloration momentanée des eaux apparaisse dans les jours voire les semaines suivant l'injection. Ces produits sont inoffensifs pour l'être humain, la faune et l'environnement.

En cas d'observation d'une telle coloration dans l’eau des sources de Cormoret ou celle de la Suze, la population est appelée à collaborer. Dans l’idéal, il s’agit pour commencer d’immortaliser le phénomène par une photo, de noter l’endroit précis, la date et l’heure, et de prendre un échantillon d’eau dans une bouteille vide. Celle-ci est à conserver au frais  et à l’abri de la lumière.

Dans tous les cas, il s’agit de prévenir les Services techniques de Saint-Imier au 032 944 42 65 ou par voie électronique : padatte@saint-imier.ch. Le cas échéant, ces derniers viendront chercher l’échantillon. Les informations disponibles seront ensuite transmises aux hydrogéologues en charge du projet.

Saint-Imier, le 30 octobre 2019

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.